Faire passer la saison pollinique à votre enfant

Le printemps est loin d’être une sinécure pour les enfants allergiques
au pollen

Le printemps approche et la plupart des enfants ont hâte de profiter du redoux pour aller s’amuser dehors. Mais pour ceux qui souffrent de rhinite allergique, les symptômes tels que le larmoiement et l’écoulement nasal sont parfois tellement forts qu’ils sont contraints de rester à la maison.

La rhinite allergique saisonnière, mieux connue sous le nom d’allergie au pollen ou de rhume des foins, peut s’accompagner de divers symptômes, tels qu’un nez qui se bouche ou qui coule, des yeux qui pleurent, des éternuements ainsi qu’un écoulement liquide au niveau du nez et des yeux. Elle peut aussi se manifester par des maux de tête, de la fatigue et des crises d’asthme, qui peuvent tous transformer une partie de football, une balade à vélo ou un piquenique en un véritable calvaire.

Aider les enfants souffrant de symptômes légers

Vous pouvez commencer par laver le visage et les cheveux de votre enfant après qu’il a joué dehors, car le pollen peut y adhérer. Gardez les fenêtres fermées, surtout le matin et en début de soirée, quand les pollens sont libérés dans l’air. Évitez aussi de faire sécher votre linge dehors en période de haute densité pollinique. En voiture aussi, mieux vaut garder les fenêtres fermées. Enfants souffrant de symptômes modérés à sévères Si votre enfant n’a pas encore été diagnostiqué allergique au pollen, mais est fort affecté par des symptômes allergiques durant la saison pollinique, il est préférable que vous preniez rendez-vous avec votre pédiatre. Le médecin vous demandera probablement de lui décrire l’historique des symptômes et organisera un prick-test cutané ou un simple test sanguin. Au cours d’un prick-test cutané, l’intérieur de l’avantbras est généralement incisé pour y placer une quantité infime d’allergène. Si votre enfant est allergique, une rougeur et un gonflement apparaîtront localement dans les 20 minutes et disparaîtront à nouveau après quelques heures. Le médecin discute alors avec vous et votre enfant des différents traitements possibles. L’identification du traitement approprié est aussi très importante à long terme, car une allergie au pollen non traitée constitue l’un des principaux facteurs de risque de développement de l’asthme. Cela peut s’expliquer par la « marche allergique », un terme qui décrit la manière dont les maladies allergiques progressent au cours de la vie d’un individu : des études ont démontré que les enfants qui souffrent d’une rhinite allergique risquent de développer un asthme plus tard. Environ 30 % de tous les patients atteints de rhume des foins développent de l’asthme ultérieurement au cours de leur vie.

De nombreuses options thérapeutiques pour les enfants

Vous constaterez qu’il existe de nombreuses options pour traiter le rhume des foins de votre enfant ; cela va de médicaments symptomatiques en vente libre ou sur prescription à des traitements à plus long terme, tels que l’immunothérapie allergique. Les deux principales approches thérapeutiques se sont toutes deux révélées en mesure de soulager et d’interrompre la gêne et la sensation de maladie, mais elles présentent néanmoins certaines différences :

Les traitements symptomatiques fonctionent tant que vous prenez le médicament, mais ne génèrent aucun effet à long terme. Ils réduisent les symptômes d’allergie, mais au contraire de l’immunothérapie allergique, ils n’induisent aucune tolérance. La plupart des traitements symptomatiques sont disponibles en vente libre. Songeons aux antihistaminiques, aux stéroïdes nasaux ou encore aux décongestionnants.

L’immunothérapie allergique est un traitement de l’allergie qui s’adresse principalement aux enfants n’obtenant pas un soulagement suffisant de leurs symptômes dans le cadre d’un traitement symptomatique. Pour obtenir un effet à long terme, il est recommandé de poursuivre l’immunothérapie sur une période de trois ans. Le traitement est disponible sous forme d’injections ou de comprimés pouvant eux être pris à domicile (première dose en cabinet, durée d’attente 30 minutes). La principale différence entre le traitement symptomatique et l’immunothérapie réside dans le fait que cette dernière induit une tolérance du corps à l’allergène. Le choix de l’option thérapeutique optimale pour votre enfant doit toujours se faire en étroite concertation avec le médecin.

ALK est le leader mondial de l’immunothérapie allergénique.
Pour plus d’information sur le thème des allergies : www.dieallergie.ch

You May Also Like…

Gare aux pièges de la maison!

Gare aux pièges de la maison!

Votre domicile est le lieu par excellence où votre enfant devrait se sentir et être en parfaite sécurité. Pourtant, 50...

Les familles polyglottes

Les familles polyglottes

Dans beaucoup de famille, il est devenu courant de parler deux langues à la maison. Une situation d’autant plus...

Heureux dans sa chambre!

Heureux dans sa chambre!

Pour un enfant, sa chambre est sa petite maison dans la maison. Un endroit où il doit se sentir comme dans un cocon et...

Mon enfant me ment… que faire?

Mon enfant me ment… que faire?

La vérité n’est pas seule à sortir de la bouche des enfants… Il arrive aussi qu’ils racontent des mensonges. Comment...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code