Le bien-être, un atout essentiel pour mieux vivre et mieux vieillir !

Prof. Jacques Proust

Nescens, Clinique de Genolier

mai 10, 2021

Aujourd’hui l’espérance de vie à la naissance ne cesse d’augmenter, c’est un fait connu de tous. Ce qui l’est un peu moins connu, c’est l’évolution de l’espérance de vie en bonne santé à la naissance, ce qui équivaut au nombre d’années que nous allons vivre en bonne santé, qui elle est stagne. En d’autres termes, nous risquons de vivre plus vieux mais avec davantage d’années en mauvaise santé.

Une étude britannique s’est penchée sur les projections démographiques de la population et sur la survenue de maladies… en 2035. Les résultats montrent que les nombre de personnes âgées de plus de 85 ans souffrant d’au moins quatre maladies devraient doubler d’ici 2035. Mais le plus frappant concerne ceux d’entre nous aujourd’hui âgés de 50-59 ans qui auront donc entre 65-74 ans à cette date. Ils seront plus susceptibles qu’aujourd’hui de contracter deux ou trois maladies.

On connait mieux aujourd’hui les raisons de cette évolution. Certes nos gènes jouent un rôle mais ce ne sont pas les seuls responsables, nous y sommes pour beaucoup!

On estime seulement à 25% l’influence du patrimoine génétique sur l’espérance de vie. Si les facteurs génétiques interviennent sur la longévité, nous modifions l’expression de nos gènes (épigénétique) à chaque moment de notre existence par nos comportements, notre alimentation, notre mode de vie et notre environnement.

L’impact délétère de certains comportements à risque (tabac, alcool…) est largement admis, tout comme la corrélation directe entre l’augmentation de l’obésité et de l’inactivité physique avec le risque d’apparition de maladies multiples (maladies chroniques, cancers…)

On connait aussi mieux l’impact négatif du stress chronique sur la santé. Celui-ci favoriserait l’apparition de nombreuses maladies ou en aggraveraient l’évolution. Ainsi, le stress multiplie par 2,5 le risque de contracter un infarctus du myocarde. Outre les maladies cardio-vasculaires, le stress chronique a une incidence sur l’apparition de nombreuses autres affections (certaines affections cutanées, diabète de type 2 et cancer). Il diminue également les défenses immunitaires.

Si le maintien et l’amélioration de la santé est un enjeu collectif dépendant de facteurs externes ou environnementaux (y compris les systèmes de soins), c’est aussi une responsabilité individuelle par une des choix de mode de vie visant à préserver son bien-être physique et émotionnel.

LA CORRÉLATION ENTRE LE BIEN-ÊTRE ET LA SANTÉ N’EST PAS UN FAIT TOTALEMENT NOUVEAU MAIS SA PRISE DE CONSCIENCE L’EST… 

On sait depuis longtemps que santé et bien-être sont liés. Dès 1946, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) définissait la santé comme «un état de complet bien-être physique, mental et social, qui ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité». La santé, dans sa définition la plus globale, est associée à la notion de bien-être.

L’évolution des comportements s’est, elle, faite beaucoup plus lentement. On comprend plus aisément la différence entre santé et bien-être, la santé est un état d’être alors que le bien-être est un état de vivre. Nous sommes responsables de nos propres choix, comportements et modes de vie mais ils sont également fortement influencés par les environnements physiques, sociaux et culturels dans lesquels nous vivons.

Le monde actuel, avec ses évolutions trop rapides pour permettre l’adaptation humaine, ses crises sanitaires et alimentaires, ses phobies environnementales ont, avec l’ultra médiatisation, renforcé la composante anxiogène de nos modes de vie. Pour faire face, le besoin de trouver des réponses pour prendre soin de soi afin de préserver son équilibre émotionnel et son intégrité physique n’a cessé d’augmenter.

Pour s’en convaincre, il suffit de regarder le nombre de recherches liées à la thématique bien-être par les internautes, ou le nombre d’articles sur ce sujet. Même la communauté scientifique et médicale s’est résolue à s’intéresser au sujet. Maintenant qu’elle en a une meilleure connaissance, elle admet volontiers que le bien-être a un rôle à jouer, complémentaire à la médecine, en matière de prévention des maladies et de mieux vieillir.

AUJOURD’HUI, LE BIEN-ÊTRE N’EST PLUS DÉFINI SEULEMENT COMME UNE QUÊTE DE BONHEUR

La définition du mot bien-être ne saurait se résumer à «un état agréable résultant de la satisfaction des besoins du corps et du calme de l’esprit (Larousse) ». C’est pourquoi, il est certainement plus juste d’utiliser le mot anglais «wellness » pour le nommer.

Le concept de wellness est apparu aux États-Unis dès la fin des années 60, pour qualifier les aspects positifs de la santé que les gens peuvent atteindre, au-delà de la simple éviction de la maladie.

Sa signification est différente du terme «well-being» qui est davantage associé au bonheur et proche de la définition française.

Depuis, la démarche wellness a gagné en visibilité sous l’impulsion d’un réseau informel de médecins et de penseurs américains (tels que Halbert Dunn, Jack Travis, Don Ardell, Bill Hettler, et d’autres) dont les actions et travaux ont permis de mieux définir ce concept de bien-être tel que nous le connaissons aujourd’hui et quelles sont les différentes actions qui permettent de l’optimiser, en particulier:

  • physique: maintenir notre corps en bonne santé grâce à l’exercice, la nutrition, le sommeil, etc.
  • mentale: s’engager avec le monde qui nous entoure par l’apprentissage, la résolution de problèmes, la créativité, etc.
  • émotionnelle: être en prise avec nos propres sentiments (et ceux des autres), en être conscient, les accepter et être capable de les exprimer.
  • spirituelle: rechercher un sens et un but à notre existence..
  • sociale: se connecter, interagir, apporter notre aide à d’autres personnes et à nos communautés.
  • environnementale: créer un environnement propice à la santé et sans danger; prendre conscience du rôle que nous jouons pour améliorer plutôt que dégrader notre environnement.

VERS UN BIEN-ÊTRE TOTALEMENT HOLISTIQUE…

La prise de conscience de l’impact négatif des modes de vie (multi-tasking, écran, stress …) mais aussi de la nutrition ou de l’activité physique sur la santé de notre cerveau a été l’une des évolutions marquantes de ces dernières années.

Avec l’allongement de la durée de vie, les maladies dégénératives du cerveau (la maladie d’Alzheimer et les autres affections neurodégénératives) sont devenues particulièrement préoccupantes. Leur nombre devrait tripler d’ici à 2050. Une des conséquences est aussi une meilleure compréhension des mécanismes d’action des différentes techniques (méditation, cohérence cardiaque, neuro-training…) qui contribuent à un vieillissement cérébral en bonne santé en agissant dans les domaines des émotions, de la cognition (avec un accent particulier sur les processus attentionnels), et de la préservation des structures cérébrales connexes
A titre d’illustration, il est maintenant démontré que la pratique de la méditation réduit l’anxiété, la dépression, le stress et favorise les émotions positives. Elle améliore aussi les fonctions cognitives, y compris l’attention et permet de préserver les structures cérébrales.

D’autres études sont en cours visant à démontrer l’impact sur la prévention des maladies dégénératives de ces techniques mais aussi de la nutrition. Peut-on, par exemple, au travers d’un changement de comportement alimentaire, retarder l’apparition de certaines démences : la réponse reste à venir…

LE BIEN-ÊTRE, L’ALLIÉ DU MIEUX VIEILLIR…

Vous l’aurez compris le maintien d’un niveau optimal de bien-être et cela dans toutes ses dimensions (physiques, émotionnelles et sociétales) est essentiel pour vivre une vie de meilleure qualité, prévenir les maladies et aussi rester en pleine santé le plus longtemps possible.

Quand on analyse les modes de vie des populations dans régions du monde où il y a plus la forte densité de centenaires (les fameuses zones bleues), le dénominateur commun est que l’on retrouve dans leur mode de vie toutes les caractéristiques physiques, mentales et sociétales qui favorisent le bien-être. La principale différence entre eux et le reste du monde, est qu’ils ne sont pas à la poursuite d’un mode de vie plus sain: ils vivent comme cela depuis toujours ! Quelle que soit sa définition, le bien-être reste une démarche individuelle et proactive qui consiste à prendre conscience et à faire des choix, encore faut-il qu’ils soient durables et c’est bien là tout le challenge.

C’est peut-être là le paradigme du bien-être pour le futur: faire en sorte qu’un mode de vie sain redevienne naturel, ne soit plus vécu comme une contrainte mais soit perçu comme une source de bien-être et de plaisir. L’impact sur la qualité de vie, la santé et le mieux vieillir en deviendrait alors une conséquence et non une finalité.

You May Also Like…

Réussir son vieillissement

Réussir son vieillissement

Pourquoi vieillit-on ? Nous vieillissons parce que les macromolécules qui nous composent (protéines, lipides et acides...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code